8/11/2008

hauts les coeurs

je ne sais pas d'où vient cette idée qu'une fille sans soutien-gorge serait plus sexy qu'une fille avec. encore une fois, c'est l'intention qui compte, et plus encore, le port. en mémoire j'ai cette séance photos de marilyn monroe au cours de laquelle le photographe la félicitait pour le port admirable de sa poitrine libre. impensable à mes jeunes yeux qu'une femme de cette trempe remercie en souriant l'auteur de cette goujaterie. je veux dire : marilyn monroe, et en face un photographe certainement célèbre mais jamais autant qu'elle, et le type lui dit droit dans les yeux "félicitations pour votre poitrine". impensable qu'il se permette cela. impensable qu'il le dise. qu'il le pense bien sûr, mais qu'il le dise, bon sang.
irais-je dire à une femme dont j'aurais remarqué l'affranchissement "mademoiselle, excusez-moi, je tenais à vous féliciter pour le maintien de vos seins, c'est tout à fait remarquable". au mieux aurais-je le courage à peine de lorgner discrètement. avant même la question du maintien, se posera celle du pourquoi. non pas que je condamne la liberté, non pas que j'en veuille au féminisme. le plus admirable reste sans doute ce choix vertigineux de porter, ou non. mais il y a bien davantage qu'un choix de bien-être, ou qu'un choix politique. les filles avec ne se posent pas la question du sans. il n'y a pas l'hésitation matinale. l'hésitation, elle ne vient à l'esprit que des filles pour qui peut-être. pour qui pourquoi pas. les filles tactiques qui concentrent sur cet accessoire toute une stratégie, pour qui tout va se jouer sur le terrain sournois d'un tissu absent. les filles sans s'autorisent un truc en plus en ajoutant un truc en moins. car on ajoute beaucoup en enlevant l'accessoire. on ajoute des dizaines de regards. on ajoute un piment, c'est vrai. mais davantage encore on force les yeux. minijupe, cirage à lèvres, seins libres : même combat. celui qui nous entraîne, nous les hommes, même de goût, sur un terrain facile où nous nous complaisons sans honte, puisque si chaleureusement invités. je ne dis pas, nous ne bouderons pas notre plaisir. mais il est des plaisirs plus grands encore. les filles sans n'y goûteront jamais.
dans le dressing attenant à la chambre à coucher des filles avec, devant le tiroir fabuleux d'un commode, devant la glace au reflet solitaire, alors qu'à quelques mètres bruine un tacatac de douche sur un corps d'homme, devant ce reflet à demi nu et pas entièrement réveillé, chaud encore des draps et du coton des serviettes, dans cet instant encore où vous vous appartenez, il y a une habitude vertueuse, et pour tout dire paradoxale.
car enfin, au départ, le soutien-gorge déclare. il affirme. il exagère. bluffe, embobine, ensorcèle. sortilège piqué croisé, bonnet maudit et cerclures fatales. c'est devenu un must. c'est devenu banal. il parait que ça ne séduit plus. et pourtant.
dieu que c'est beau une habitude. splendide, quand elle vous échappe délicatement, qu'elle glisse innocente sur votre épaule dorée, l'habitude. quelques millimètres suffisent. pas plus. pas la peine. sans le savoir vous livrez tant. sur vous, sur votre chambre, sur ces tiroirs qui regorgent d'interdits en dentelle. un soutien-gorge dont la bretelle ose une maille à l'air libre est un don de soie. c'est fou ce qu'on espère dans un centimètre carré lie de vin, blanc de nacre ou bleu de nuit. on espère cette chambre, ce dressing, ces meubles, commode, tiroirs, froissements. on a raison, n'est-ce pas ?
Vous voici face à moi, à nous, autour il y a ces types qui déjà vous ont vue entrer. je les vois moi savourer le parfum de votre beauté comme une crème glacée. ils parlent à leurs voisins mais ne s'adressent qu'à vous. comment leur en vouloir : moi, les yeux dans les vôtres, je ne vois que l'ourlet rouge et crénelé qui lentement a dérapé. sortie de route. il est possible que vous le sachiez. c'est la question. dans cette unique question perle la saveur subtile de la sensualité.

2 comments:

la lionne de salon said...

Une réelle facilité d'association de mots combinée avec un filtre de perception qui me ravissent!

yves remords said...

merci beaucoup, chère lionne anonyme. je rugis de plaisir à l'espoir de vous lire bientôt.